C’est 2019. Peux-être que vous avez pris un paquet de résolutions, ou peux-être que vous trouvez que ça ne change absolument rien et vous continuerez à naviguer la vie un jour à la fois.


Moi, c’est un peu des deux.
Mon année 2018 à commencée dans le feu de l’action, plongée dans plusieurs projets, j’étais passionnée de milles et uns sujets et j’étudiais tard le soir ceux sur lesquels je voulais en apprendre plus. J’ai passé l’été le plus épique de ma vie, en compagnie de gens que j’aime de tout mon cœur. Cet été a vraiment revigoré ma confiance en moi, de toutes sortes de façons. J’en suis vraiment reconnaissante. J’ai tellement appris, c’est fou! Équitation, survie en forêt, intérêts personnels, sports, mon amour pour l’enseignement, toutes ces choses ce sont manifestées en géant. Mais quand le temps s’est mit à refroidir, ma vigueur a fait de même. Plusieurs choses que j’avais mises de côté pendant ma soif d’action me sont remontées en face, et je me suis mise à me sentir très coupable d’avoir cessé de mettre du temps dans d’autres domaines que j’aimais. Comme j’accomplissais des choses pendant l’été, ça ne me dérangeait pas de ne plus passer de temps sur mes autres passions, qui faisaient aussi de moi qui j’aimais être. Mais au lieu de faire quelque chose, je succombai un peu à la paresse. Et chaque minute que je me laissais distraire par toutes les distractions de ce monde moderne, le poids sur mes épaules s’alourdissait.
Où était passée ma vigueur, ma passion?

Je dois avouer qu’elle n’est pas revenue pour tout les domaines encore. Mais la seule façon de se sortir de ce tourbillon est de se motiver, et c’est bien une des choses les plus difficiles à faire…
Vers la fin de décembre, j’ai eu une idée, qui n’est pas une résolution, mais une promesse à moi-même. Car le remède contre la perte de confiance en soi est nul autre que la fierté.
Je vous invite fortement à participer!
À chaque semaine, je veux que vous notiez dans un carnet une chose dont vous êtes vraiment fier/fières d’avoir accompli durant la semaine. Pas une petite fierté de tous les jours.
Un accomplissement, une limite repoussée ou une réalisation.

Le but est bien sur que vous commenciez à voir chaque petite victoire avec fierté, et que cela vous pousse à accomplir plus pour qu’à la fin de la semaine vous ayez une fierté ultime. En 7 jours, faire quelque chose dont vous être fier. C’est faisable non?

Je peux vous donner mon exemple, mais il peut ne pas s’appliquer à vous.


Aujourd’hui, j’ai gravi une toute petite montagne, le Mont-Saint-Anne avec mon parrain. Par contre, nous avons passé par la piste « experte ». C’était pratiquement une pente abrupte sur tout le long, et…j’ai le rhume. De plus, mon parrain ne se contente pas de juste monter normalement en marchant. Il emprunte une technique de mi-jogging mi-marche, qui fait que nous allons à un rythme quand même rapide, mais pas assez pour suer. J’ai essayé de suivre sa cadence, sans succès. Mais je progressais quand même (pour la plupart de l’ascension) plus vite que dans une randonnée normale. Lui, il la fait toujours cette piste, et aurait eu le temps de la faire tout en joggant au moins deux fois pour le temps que ça m’a pris. J’ai pensé à lui demander de redescendre, c’était très demandant physiquement, mais je me connais. Je savais que je n’allais pas abandonner pour si peu. Par contre, ma hanche s’est mise à me faire très mal. Je ne sais pas la douleur venait d’où, mais elle était là et elle empirait. Elle était bien sur tolérable, mais je ne savais pas si elle allait arrêter de l’être. Mais j’ai réussi. En haut, la vue était merveilleuse. Le soleil perçait au travers d’un épais brouillard qui couvrait l’île d’Orléans.
C’est là que le moment que j’essaie de vous décrire est arrivé.

Comme une grosse vague, qui faisait vraiment, mais vraiment du bien. Puis, nous sommes redescendus, en se laissant glisser le long du sentier comme des skieurs, en essayant de ne pas tomber (pensez-y, pour qu’ont fasses ça, c’était à pique!) et en joggant sur les bouts plus plats. J’étais vraiment surprise d’avoir encore de l’énergie pour courir, et pour pouvoir sourire au travers du mal que ma hanche m’infligeait.


En 2019, je veux que cette année soit comme cette ascension.
Et à pareille date l’an prochain, je veux sentir cette vague de fierté, multipliée par les 52 semaines de l’année dans lesquelles j’aurai accomplis quelque chose personnellement.
Je vous invite encore une fois à participer à cette ascension, si vous en ressentez le besoin.
Une chose par semaine! Mais ne vous arrêtez pas là, si vous avez l’opportunité d’en faire 2, 3, 4 ou 10, faites les!
Mais misez sur l’instant présent.
Et donnez vous une bonne tape dans le dos.

Morrigane

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s