Ceci est un hommage à mon enfant décédé il y a plus de 5 ans. Ce texte à été écrit à ma date prévue d’accouchement; le 19 mars 2013 étant marqué d’une gigantesque tempête dans la région de Mtl où j’habitais à l’époque.
Je laisse les mots parler d’eux-mêmes.

À mon enfant-tempête

Aujourd’hui c’est l’hiver.
Depuis que tu es parti c’est l’hiver.
Comme tu es parti avant de naître, je t’ai choisi cette journée de tempête pour te dire que je t’aime et que je t’ai porté durant tous ces mois, même si tu n’étais plus là.
Je n’ai pas pu te pleurer.
J’aurais bien voulu, mais tu étais mon enfant-tempête.
C’était aujourd’hui que tu devais naître.

Je veux raconter notre histoire. Car c’est une magnifique histoire. Une histoire d’amour.
Je t’avais tellement désiré. Je voyais déjà mon plus vieux devenir grand-frère. Mais les choses n’ont pas tournées très rondement. La vie a quitté ton cœur et mon corps n’a pas voulu que tu partes. S’ensuivi un long processus d’attente; je ne savais pas encore que tu ne vivais plus, mais je savais que quelque chose marchait moins bien. Quand j’ai appris la nouvelle, j’ai dû passer 2 jours à l’hôpital. Les docteurs que je voyais ne savaient pas trop comment gérer la situation, ne sachant pas pourquoi tu n’étais pas parti naturellement. Ils ont finalement décidé de me donner des médicaments pour aider ton départ.
Mais encore une fois tu à fais des tiennes et tu as voulu m’emporter avec toi.

 

J’ai vécu un des moments les plus atroces de toute ma vie. Cette nuit-là, je savais que j’allais perdre beaucoup de sang, mais l’expérience s’est avérée beaucoup plus intense que prévue. Un vrai film d’horreur. Du sang à ne plus savoir quoi faire. Assez pour commencer à paniquer. J’ai eu la chance d’avoir à mes côtés des personnes courageuses qui m’ont épaulé dans cette épreuve. Ce fut long, douloureux et pénible…
Voyage en ambulance avec la pression qui baisse. La civière imbibée de mon fluide vital. J’ai perdu en quelques heures, la moitié du sang que contient mon corps. Les infirmières ne trouvaient pas mon cas inquiétant, mais ca ne se stabilisait pas. J’ai eu peur de mourir. Je ne pensais plus à toi… je voulais seulement rester en vie. Je pensais sérieusement y passer.
On m’a finalement opéré.
Je me sentais si seule et je voulais revoir le soleil. Nous étions le 28 aout 2013. Il faisait si beau et si chaud dehors, mais moi j’avais froid. Tu étais mon enfant tempête. C’est aujourd’hui que tu devais naître.
À mon réveil, je ne t’ai pas pleuré. J’étais si faible. Je ne pouvais même pas m’occuper de ton frère. Je ne pouvais rien faire. Juste me tenir debout était un exploit.

Tant de gens sont venus m’aider, des amies sont venues nous aider, ta grand-maman; ils ont fait toute la différence. Mais je n’ai pas pleuré, je ne pouvais pas. C’était bloqué…

Deux semaines plus tard, mon plus vieux est tombé malade. J’étais toujours très faible, mais j’ai pris toutes mes réserves et j’ai roulé le plus rapidement possible à l’hôpital. Un instinct de maman ça ne trompe pas. Il avait une méningite.
Le jour de son anniversaire de 1 an.
Nous avons passés 3 jours à l’hôpital. Ton frère s’en est sorti, mais moi je n’ai pas pleuré. Moi j’avais une tempête dans le cœur.
Ça ne s’est pas bien passé par la suite. J’en ai eu pour 3 mois à me remettre de toute cette hémorragie. Ça ne s’est pas bien passé avec mes proches, nous étions pris dans la tempête de mon cœur. Je n’ai pas pleuré, puis… l’hiver est venu…

Aujourd’hui c’est l’hiver. Tu devais naître aujourd’hui. C’est certain que ça aurait été aujourd’hui. Tu étais mon enfant tempête.
Je voulais te dire au revoir. Parce qu’aujourd’hui je pleure. J’ai attendu tout ce temps pour le faire. Tu m’as finalement rendu plus forte.

Je t’aime.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s