Mon chum c’t’un Punk! Un crotté comme certaines personnes peuvent penser.
La nuit, il mange des chauves-souris en cachette.
Il arrive parfois qu’il se fasse une tite ligne sur le bord de la table.
C’t’un Punk voyon! Sont tous comme ça… Avec leurs culottes d’armées pis leurs bottes de cuir, ils n’ont pas de classe, ils vivent aux frais des contribuables….

HEILLE! bandes d’ignorants… mon chum c’t’un Punk! Il a 31 ans, bientôt 32, il travaille comme un dingue comme soudeur pour un salaire ridicule.. Oui! oui! il est allé à l’école, il sait lire et écrire. Vous savez quoi aussi???? il ne prend même pas de drogue…. ishhhh c’est pas un vrai Punk… c’est pour ça que quand il marche dans la rue les gens le dévisage, les gens murmures dans son dos….

Bin voyons! moi la fille ordinaire je lui trouve quoi à ce punk là??? Au premier abord j’ai fait comme 99% du monde et j’ai eu un petit recul… en me disant WTF! kessé ça? Nous avons tous dans notre tête cette idéologie que la culture punk, le style punk est fait pour les personnes qui sont révoltées contre la société: rebelles, criminels, sans avenir, etc. Mais au contraire, pour certains, ils ont un cœur en or, qui ne demande qu’à aimer et respecter. Ils sont eux aussi des humains!
Devraient-ils s’excuser d’être différents du moule?

Punk-Bea

Il s’est assit sur une chaise dans ma cuisine; je l’ai regardé dans les yeux; son regard, ses yeux… indescriptibles. On dit que les yeux sont le miroir de l’Âme. Hey bien, je le confirme. Bin voyons qu’est ce qu’il se passe la dans ma tête? Suis-je en train de le trouver beau moi là? Voyons Béa! s’t’un Punk, s’t’un crotté… il a 46 milles piercings dans face, il a une grosse barbe toute crépu, il porte une chemise à studs dont il a coupé les manches…. je suis là comme une conne à le dévisager… pas parce que je le trouve laid ou quoi que ce soit à le juger…. je me questionne du pourquoi je me sens étrange en dedans de moi. Je ne peux pas le trouver attirant voyons! Il est tout ce qui me rebute chez un gars… mis à part les tattoos, nous n’avons rien en commun.

Nous nous sommes rencontrés un soir de décembre, nous avons échangé une partie de la nuit, parlé de nos rêves, de comment nous voyions la vie en général. Nous nous sommes découvert beaucoup plus en commun que je pouvais le penser… J’aimais passer du temps avec lui, je me gardais quand même un certain recul face à ce que je ressentais pour lui. Ma famille est plutôt straight; je me voyais mal arriver devant eux avec lui. Déjà qu’à la base ils n’ont jamais vraiment aimé mes tattoos… Arriver avec lui oufff! c’est signer mon arrêt de mort.

Dans ce genre de situation, il est facile de porter un jugement sur une personne sans vraiment savoir qui elle est. Il ne faut pas oublier que la peau, les vêtements, le physique ce n’est qu’une enveloppe…

Lui, il ne la jamais eu vraiment facile dans la vie. Il en a fait des niaiseries, des mauvais choix, mauvaises fréquentations. Je ne blâme pas les autres, je ne le blâme pas. Chacun est libre de choisir son chemin de vie, il suffit d’en apprendre et d’en grandir. Au plus profond de moi je le savais que c’était lui que j’avais tant attendu, je savais qu’il allait être mon dernier. J’ai tout fait pour ne pas tomber amoureuse, je me suis voilé la face, je ne voulais pas. Mais pourquoi vivre pour les autres, pourquoi vivre pour le bien des autres, pourquoi avoir peur du jugement des autres? Un jour j’ai réaliser que ce Punk là était parfait dans son imperfection. Il avait le cœur sur la main, toujours là pour sa famille, ses ami(e)s, pour moi. Je me suis lancée, j’en ai parlé à mes parents pour les préparer, durant 3 ou 4 mois…
La première fois que je l’ai présenté à ma mère elle a eu un certain recul, mais comme moi elle a vu au delà de son apparence, elle a regarder son âme par les fenêtres de ses yeux. Elle l’a, malgré elle, trouvé charmant.

Aujourd’hui, 4 ans plus tard, nous avons notre maison à la campagne, 3 enfants, 3 chiens, 1 chat, une trentaine de poules, 4 lapins, une chèvre, un mouton, d’autres animaux prévus pour ce printemps, un immense jardin bio. Nous ne rêvons pas du rêve américain, nous voulons une vie simple, auto-suffisante à 100%. Nous travaillons à la construction de notre future vie, soit avoir notre bergerie. Avoir gardé en tête que les Punks sont des êtres impossible à aimer, je n’aurais pas connu l’amour véritable, je n’aurais pas ce que j’ai aujourd’hui. Pourquoi devons-nous rentrer dans le rang des moutons et suivre le troupeau? Pourquoi ne pas vivre pour nous et pour notre propre bonheur? Pourquoi toujours chercher à satisfaire les autres en nous oubliant nous en temps qu’être humain? OK! oui! Ils ont une apparence différentes des autres personnes dites  »normales » et alors? En fait, c’est quoi la normalité? Est-ce une idée préconçue à laquelle nous devons nous conformer? Ou est-ce le choix que chaque personne peut faire pour elle-même? Celà restera probablement une question sans réelle réponse…

amazing-you-can-be.png

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s