Se redéfinir. Encore et toujours. De mue en mue. Croître, grandir, évoluer. En tombant le nez dans la poussière, ou bien, en s’élevant vers les étoiles. Une femme, c’est toujours plus qu’une femme. Une femme, c’est une poupée russe riche et insoupçonnée! Qui n’en finit plus de révéler de nouvelles facettes, au fil de sa vie. C’est à la fois parfois vertigineux et planant. Merveilleux et angoissant. C’est un pouvoir bien humain, mais la maîtrise féminine à un je-ne-sais-quoi de magique. Se redéfinir c’est aussi savoir rebondir, s’adapter et apprendre. C’est laisser aller nos facettes façonnées par les regards des autres pour mieux se rapprocher de soi. C’est se tromper, avancer et reculer, et toujours se connaître mieux et davantage. C’est accepter, se rebeller, se transformer, évoluer. Au fil des rencontres, des événements et, des étapes de nos vies de femmes. Notre physiologie, nos hormones, nous imposent des changements, nous forçant parfois à se redéfinir au fil du temps. Pourtant, plus nous sommes en paix et près de nous-mêmes, plus ces bouleversements peuvent nous appartenir. Les passages, peuvent éclore en choix. Se redéfinir est donc un atout, une force et une bénédiction. À chacune ses manières de se redéfinir et de passer au travers la Vie. Ne pas avoir peur du mouvement, du changement, ce n’est pas acquis, mais très précieux.

On sous-estime souvent cette capacité d’apparence anodine. Elle permet pourtant de survivre et ultimement de vivre. Pleinement. Elle comprend des outils précieux tels; le lâcher-prise, l’amour de soi. C’est cette capacité qui m’a permise de passer au travers; de nombreux deuils, un début ardu dans cette belle existence, une maladie grave, et j’en passe. Et si au fond, se redéfinir avait un nom? Résilience.

Les femmes changent, telle la Lune. Plusieurs fois dans une Vie et, parfois même plusieurs fois dans un seul et même mois. La résilience à petite et grande échelle, est la clé pour passer au travers de mon existence. Je suis une dévoreuse de Vie, je transmute alchimiquement le laid en beau. Et je crois qu’en chaque femme existe une alchimiste avec ses dons et ses pouvoirs. Et à la moindre occasion se présentant à moi, humblement, j’aspire à aider les femmes qui croisent ma route, à entrevoir cette alchimiste-là. Qui sait qui sera la prochaine dont je croiserai la route?… Ce pourrait être une voisine, une cliente, ou même de nouveau, cette femme dont je croise le regard jour après jour dans le miroir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s